Charles Baudelaire – La Muse Malade (VII)

PYONG!
0

You pyonged “Charles Baudelaire – La Muse Malade...”

Save Note No Thanks
Follow
Caution: You are now annotating this song as

Ma pauvre muse, hélas! qu'as-tu donc ce matin?
Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes,
Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint
La folie et l'horreur, froides et taciturnes.

Le succube verdâtre et le rose lutin
T'ont-ils versé la peur et l'amour de leurs urnes?
Le cauchemar, d'un poing despotique et mutin,
T'a-t-il noyée au fond d'un fabuleux Minturnes?

Je voudrais qu'exhalant l'odeur de la santé
Ton sein de pensers forts fût toujours fréquenté,
Et que ton sang chrétien coulât à flots rythmiques.

Comme les sons nombreux des syllabes antiques,
Où règnent tour à tour le père des chansons,
Phœbus, et le grand Pan, le seigneur des moissons.

Edit the description to add:

  • Historical context: the work's place in history, how it was received
  • A summary of the work's overall themes (example: "Here, Byron evokes the classic struggle between virtue and temptation...")
  • A description of the work's overall style and tone
This text has been changed by someone else. Copy your work to your clipboard and click here to reload.